Pour avoir l’opportunité de voir des animaux dans la nature, il y a quelques principes. Découvrez comment une rencontre furtive peut devenir un moment unique. Certains règles simples augmentent vos chances d’assister à des scènes uniques. La chance se convoque lors de vos randonnées pédestres en forêt! La performance de la marche laisse place à la beauté et à la poésie. Les règles de l’observation sont construites sur du bon sens. Il ne s’agit plus simplement de se déplacer dans la nature mais de partir à la rencontre. Vos treks, marches et randos s’enrichissent.

Commencez par savoir à qui vous avez affaire:


« j’ai vu un truc marron, c’était un cerf ou un chevreuil ». Chez les cervidés, c’est la hauteur au garrot et le poids approximatif qui permettent d’évaluer l’espèce. Tour d’horizon rapide.

  • Un chevreuil, 70 centimètres au garrot et de 30 à 40 kilos. Le mâle et la femelle se reconnaissent grâce à la tache (le miroir) sur le postérieur. La couleur évolue au grès des saisons: jaunâtre en été et blanche le reste de l’année. On y voit la forme d’un haricot pour le brocard et d’un coeur renversé pour la chevrette. Le chevreuil est le plus petit cervidé européen. A l’observation rapide, il n’a pas de queue. Le bébé s’appelle un faon.
  • Le daim est un peu plus grand, 1 mètre 20 au garrot et de pèse jusqu’à 150 kilos. Il est le cervidé « intermédiaire » entre le chevreuil et le cerf. Son pelage est tacheté en été et il a une queue très caractéristique (longue et bicolore)
  • Le cerf est un mammifère majestueux avec ou sans bois (os). Avec ses 1 mètre et demi et jusqu’à 250 kilos la confusion est difficile avec un chevreuil. Sa femelle, la biche a un gabarit inférieur mais pèse en général de 80 à 110 kilos. L’espèce a une queue. Un petit livre, quelques images peuvent vous permettre de mieux appréhender le monde végétal et animal.
les règles de l'observation, randonnée pédestre, chaussures de randonnée

Cerfs, queue et bois caractéristiques

Pour découvrir les animaux de la nature le magazine Salamandre est une mine d’informations utiles et ludiques. Découvrez la minute nature sur la chaine de Julien Perrot

Avant de les voir, apprenez à reconnaître leurs bruits:

Les bruits des animaux sont souvent reconnaissables. Cela fait appel à une connaissance en amont. Chaque espèce à ces habitudes (heures de sorties, pratiques alimentaires, lieu de passage). Les Hommes ont créé des chemins, les animaux aussi (les coulées). Ces chemins sont des lieux de passage et de repli. Je vous invite à découvrir comment les naturalistes, photographes et chasseurs provoquent le destin grâce aux appeaux. Ou encore cet outil de terrain 

Et puis cette banque de sons dont le lien est disponible dans mon premier article sur l’observation pour appréhender ces chants animaux.

http://www.empreintesdenature.net/indentifier-facilement-les-animaux

Préparez-vous, Ils ont déjà une longueur d’avance:

Les oiseaux ont, par exemple, une vue extraordinaire. Leurs yeux, ont une meilleure définition que les nôtres. La rétine humaine possède trois fois moins de cellules visuelles que la plupart des oiseaux. Ce genre de caractéristiques fait des oiseaux des chasseurs et des observateurs hors pairs. Les faucons et les aigles ont une vue encore plus développée (5 fois plus que nous). Les surprendre n’est pas chose aisée. Les jumelles sont donc l’outil à avoir à portée de main. Certaines espèces nous surclassent sur la capacité d’écoute d’autres par un odorat extraordinaire. Apprenez à être discret.

La discrétion, un impératif:

  • Le bruit:

Vous avez plus de chance de voir et d’approcher des animaux sauvages si vous êtes seuls ou en petit groupe. Moins vous êtes, moins vous faites de bruits en marchant ou en parlant. La randonnée étant un mode de déplacement, faire du bruit est donc un paramètre à prendre en compte avec beaucoup d’attention. Choisir où l’on pose ses pieds peut donc avoir une incidence déterminante sur vos observations. Les graviers, branchages et autres feuilles sèches vont facilement révéler votre présence. La tourbe, l’herbe drue et les sols mous sont vos meilleurs alliés. Taper des pieds n’est pas une bonne idée, marcher vite non plus. Moins vous sentez aussi.

  • Les odeurs:

Les randonneurs et les photographes pour approcher de près des animaux sont vigilants à ne pas être trahis par leur after shave, anti-moustiques ou senteur de lessive. Pour rester discret, deux techniques. La première réservée plutôt aux professionnels et aux chasseurs avec l’utilisation de subterfuges. Il s’agit de sortir en forêt couvert d’odorants pour attirer les animaux (attracif à fouine, renard, sanglier), l’offre est pléthorique mais nous sommes des randonneurs, ne mélangeons pas tout. La seconde, consiste à déposer sur ses vêtements quelques gouttes d’un concentré à base d’huiles essentielles extraites de branches et de feuilles d’arbres pour former comme un écran protecteur et augmenter ses chances d’assister à des scènes de vie. Dans une vision minimaliste, le plus simple consiste encore à être sous le vent pour ne pas être repéré par les capacités olfactives des différentes espèces.

La vue:

Porter des vêtements sombres pour se faire oublier dans le paysage. Autre astuce ‘basique’, les animaux relient l’homme au danger et l’homme se tient debout. Il suffit parfois de se tenir assis ou accroupi et vous n’êtes plus une menace directe. Ne plus bouger et n’être pas senti et vos efforts seront récompensés.

La nature n’est pas un zoo. Voir, c’est aussi respecter:

Même si cela vous plairait, regarder sans déranger est une discipline à avoir. Soyez conscient des conséquences de vos actes. On ne coupe pas une fleur pour la jeter quelques mètres plus loin. Dans la même démarche globale, on met pas un animal en danger pour satisfaire son plaisir. Certaines espèces n’hésitent pas à abandonner les petits si un humain les a touché et laissé une odeur.

les règles de l'observation, randonnée pédestre, chaussures de randonnée

Daims, la magie des rencontres furtives

La réussite à un prix:

Pour arriver à saisir de belles photos, les chasseurs d’image font quelques secrets. Comme  la chance n’est pas toujours au rendez-vous, ils font preuve de patience, de patience et de patience. L’humidité est aussi un allié de poids. Lorsqu’il pleut, le bruit, la dispersion des odeurs, les repères changent… C’est moins agréable que par grand beau temps mais ça marche. La brume matinale permet de se cacher. Le petit matin et le couchant sont des instants privilégiés. Les randonneurs comme les photographes pratiquent la billebaude. Une technique d(observation qui consiste à pratiquer de courts affûts pour approcher au plus près les animaux dans le milieu naturel. Saisir l’instant. Il y a sur Youtube une grande variété d’instants magiques.

La paire de jumelles:

Il y en a pour tous les goûts et tous les prix. le budget y fait beaucoup dans le domaine car les tarifs ont tendance à vite partir à la hausse dès que vous voulez des options utiles. Soyez pragmatique! Un modèle joli (pour vous), compact et léger sera plus souvent avec vous que chez vous. Grossissement, traitement des verres, étanchéité sont des paramètres à prendre au sérieux, ils conditionneront votre utilisation et votre confort. Des jumelles couvertes de buée en permanence, dont le réglage est trop long et le poids inconfortable pour le cou et le dos dégradent notre plaisir global. Réflexion, action! Pour vous y retrouver

randonnée pédestre observation nature animaux découverte

Jumelles de randonnée, crédit cheminderandonnee.com

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2017