Randonneurs! Soyez des poètes éphémères sur les chemins. Avec le Land Art, laissez s’exprimer votre créativité avec la fabrication d’oeuvres opportunistes. Des feuilles, des cailloux, des branches, des brins d’herbes… Offrez au sentier et à ceux qui vous suivent une trace, une émotion positive, un clin d’oeil sujet à rêveries. Habituellement, les seules traces de ces prédécesseurs se limitent aux cairns ( très symbolique) et aux vilains étrons recouverts de papier WC (une calamité visuelle et écologiquement discutable). La randonnée nature ne se limite pas à marcher dans un joli décors. Elle gagne en richesse à partir du moment où nous avons une interaction avec notre milieu. L’Homme au sein de la nature. Nous pouvons nous inspirer d’oeuvres existantes. Il y a, grâce à internet tellement d’artistes qui immortalisent l’instant. Nous pouvons aussi, à nos heures perdues ou choisies envisager des créations. Vivons l’instant!

 

Le land art, art éphémère

composition bois, feuille et cailloux

 

Le Land Art ne nécessite aucun matériel, ça marche toute l’année et ne requiert aucun âge minimum. Un peu d’observation suffit pour laisser libre court à son imagination. Si un simple cercle de culture peut émouvoir n’attendez pas de maitriser des techniques artistiques évoluées pour vous lancer. Jouer avec les reflets de l’eau, superposer des branches, dessiner avec des pierres, des pommes de pins… Une pincée de folie à la portée de tout un chacun. Il suffit juste d’un peu d’ingéniosité et les randonneurs n’en manquent pas! Le land Art, C’est prendre le temps de nous immerger un peu plus dans notre environnement, de le découvrir avec ses sens en contact avec la nature. Une posture tournée vers soi et vers la terre. Elle donne du bien être et a une action libératrice. En prenant le temps de découvrir véritablement le milieu dans lequel nous avons choisi d’être nous reconnaissons notre réalité. La lumière ne joue pas la même partition le matin et le soir, suivant les saisons, les couleurs, les sons, les odeurs varient et offrent des expériences uniques. S’approprier un bagage sensoriel et émotionnel est enrichissant et contribue à une vie nature plus dense, tactile et vraie. Le Land Art, est une porte d’entrée vers nous-même, notre douceur et nos fragilités. Il s’agit, par se biais, de se déconnecter du quotidien pour se reconnecter à l’environnement et ainsi se ressourcer en énergie. Vous allez sans doute retrouver des sensations de l’enfance, cette cabane improvisée, ce barrage fabriqué à la hâte dans le premier ruisseau.

 

Le land Art, c’est quoi, ça vient d’où?

 

Improvisation ou prêt à créer?

 

Des livres et des formations de Land Art

 

Le land Art, c’est quoi, ça vient d’où?

 

A l’origine, le Land Art consiste à sortir des musées et à produire des oeuvres dans la nature avec des matériaux bruts.

 

Le propre avec le Land Art, c’est donc d’accepter que votre ‘oeuvre’ disparaisse naturellement avec le vent, la pluie, le temps ou le premier boulet qui, agacé par votre poésie, cassera tout d’un coup de pied. Un peu de douceur réveil parfois un sentiment antagoniste. Bref. La technologie (photo, vidéo) permet de garder un souvenir de la création accompli.

 

Le land art, l'art éphémère

Rond de pommes de pins, Sylvain Arbez

 

Le Land Art est une forme d’art contemporain dont la particularité consiste à n’utiliser que les matériaux trouvés sur place (cailloux, galets, sable, branches, brindilles, fruits, feuilles, de la mousse, des écorces…). La randonnée pédestre est donc l’activité  idéale pour exprimer dans la nature une émotion ‘naturelle’ de ce que nous sommes à cet instant. A l’origine le Land Art voit le jour au milieu des années soixante aux Etats Unis. Parmi les grands noms Andy Gldsworthy, Jim denevan’s adeptes du simple et de l’efficace ou encore Michael Heizer. Ce dernier est classé dans la catégorie ‘Eartworks’. Ses travaux, par leurs dimensions et les moyens déployés sont des altérations durable du milieu. Dans double négative Michael Heizer fera déplacer 240 000 tonnes de cailloux et de terre pour réaliser une tranchée géante. D’autres quitteront parfois la nature pour le milieu urbain avec des structures éphémères mais monumentales comme celles de Christo et Jeanne-Claude avec les ‘emballages’ de monuments, entre autre. La conscience écologique actuelle donne un souffle, un élan nouveau à ce mouvement artistique. Les personnes peuvent ainsi rendre visible leur part invisible.

 

 

 

Le land Art, un possible durable

Oiseau monumentale en rocher

 

Improvisation ou prêt à créer?

 

Deux approches fonctionnent et se complètent très bien avec le Land Art. Certains opteront pour l’exercice libre: objectif inspiration totale. D’autres s’assureront un minimum d’accompagnement avec la reproduction d’oeuvres déjà explorées par d’autres. La copie n’est pas un crime. Vos premiers pas d’écrivain ont débuté par des lignes d’écriture pour apprendre le b-a-ba. Et pourquoi pas aller sur le site de Paul, un jeune garçon passionné par cette forme d’art.

 

 

 

Le land Art, art émanant

Giant circles, un classique

 

Il n’y a pas de petite démarche. Il y a des formes d’expressions diverses. Comme si l’interprète d’un morceau célèbre n’avait pas de fibre artistique ni même de sens d’interprétation. D’autres encore choisiront de découvrir le Land Art en s’initiant au cours de formations et d’ateliers.

 

Le stone ou rock balancing est une démarche étonnante et qui laissera libre court pour vous et pour ceux qui apprécieront vos oeuvres une forme de douceur et de méditation. Il s’agit de superposer des pierres sans aucun trucage, uniquement avec la force de la gravité. Des passionnés se sont fait un nom grâce à la toile notamment Michael Grab au Canada et du français Manu Topic. Il réalise des clichés et des vidéos sur son travail d’équilibriste de cailloux. Sa patience, sa maîtrise du geste et sa technique de respiration lui permettent de concevoir des montages improbables qui nous semble truqués irréalistes. En communion avec la nature et dans une démarche de paix intérieur, il parvient à élaborer des structures époustouflantes. Si c’était si simple nous en verrions partout. Mais l’exercice mérite de nous y attarder car il est vraiment une respiration un souffle pour faire une pause dans une journée de marche. La technique repose sur le principe connu qu’un équilibre repose sur trois point d’appui. En formant un tripode naturel sur chaque  binôme de pierres et en recherchant le point de gravité. Essayez, vous allez vous éclater. Il ne faut pas grand chose pour être heureux. Contrairement aux idées reçues, plus les pierres sont grosses (dans la limite du raisonnable et de la sécurité) plus l’équilibre est facile à trouver. Une grosse pierre au sommet du monticule c’est impressionnant et moins compliqué qu’avec un ensemble de petites pierres genre galet. Un bon moyen pour déplacer des montagnes à la mesure de chacun.

 

stone balancing

stone balancing, Michael GRAB

 

Des livres et des formations

Land Art d’hiver, Marc Pouyet, édition Plume de carotte (existe pour toutes les saisons)

Land Art Collection automne hiver, Bettina Mercier, édition Actes sud junior

Mille choses à faire avec un bout de bois, Jo Schofield et Fiona Dans, Edition Gallimard Jeunesse

Land Art, Floriane Herrero, Editions Palette

Land Art avec les enfants, Andreas Güther, Edition La Plage,

 

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2017