Les chaussures

Posez-vous les bonnes questions: 

Au delà des concepts des uns et des autres. Si je ferme les yeux, quelles chaussures j’aimerai avoir aux pieds? Qu’est-ce que j’attends d’elles (confort, légèreté, sécurité, entretien, style).

Quel est mon projet? A court et moyen terme? Ensuite, est-ce que mon rêve, mes aspirations et ma réalité sont cohérents? Et enfin quel est mon budget? C’est à mon sens le dernier point à aborder. Un choix par le prix est un choix par dépit. Un choix par dépit est un mauvais choix. Un mauvais choix se paye parfois lourdement sur le terrain.

Les grands choix qui s’offrent à vous:

En randonnée, à la journée ou sur plusieurs jours, le choix est déterminant. Il n’y a pas une paire miracle qui irait à tout le monde et garantirait confort, sécurité et zéro ampoule. Les chaussures sont comme les vêtements, ça varie suivant le contexte.

Une grosse en cuir ira très bien pour la randonnée sur plusieurs jours, les jours de pluie et les randonnées avec terrains accidentés. Plus le dessin de la semelle est important ( avec des crans profonds et nombreux) plus votre pas sera précis. C’est à dire que le pied sera stable sur le sol réduisant les chutes, les faux mouvements et autres sentiments d’incertitudes. Une paire de baskets de trail pour les ballades à la journée, sur terrain sec et avec beaucoup de bitumes car elles sont conçues pour amortir les chocs. Elles sont aussi privilégiées par certains randonneurs au long cours pour le gain de poids et un séchage rapide. Toujours avec un marquage de la semelle important pour accrocher le terrain et gagner en efficacité et en vitesse. Encore plus légère, une paire de five fingers (chaussure dans laquelle les cinq doigts de pieds sont séparés pour garder leurs indépendances). Ce type d’équipement suffira à ceux qui veulent garder le contact avec les éléments naturels. Ce type de produit est aussi formidable pour reposer les pieds en fin de journée après un gros effort ou pour une partie sur terrain meuble genre tourbe.

Marcher c’est solliciter tout le corps mais c’est en premier absorber des impacts. Avec une foulée de 50 cms, un marcheur qui parcours 40 kms dans la journée va accuser plus de 80000 chocs. Faire l’impasse sur un bon choix de chaussures peu vite devenir problématique pour le corps, le moral et l’aventure.

Pensez coaching et développement personnel:

J’ai longtemps attendu avant d’investir dans un modèle de choix. Avec ces petites phrases parasites, c’est cher, il y a plus important, et si j’arrête. Envisagez-le différemment. C’est une carotte, un outil de motivation personnel très puissant. S’autorise une récompense si on marche X jours, kms est une idée absurde et castratrice. Marcher, c’est pour se faire plaisir et se ressourcer. Pourquoi alors devoir subir de l’inconfort, du mécontentement, du dégoût, des obligations et l’envie d’en finir pour enfin avoir la carotte. Est-ce compatible avec la recherche de plaisir? Le corps mémorise toutes ces mauvaises sensations et l’esprit ne manque pas de les ressortir lorsque la motivation s’étiole lorsqu’il fait froid, nuit, après s’être perdu.  Prenez soin de vous!

Mon mot d’ordre, pour réussir: je dois tout mettre en oeuvre pour être heureux. Etre à mon aise, me sentir en sécurité, avoir le sentiment que cet équipement correspond à ma personnalité et à l’esprit dans lequel je souhaite évoluer est primordial. Le seul compromis possible, c’est d’aller à son rythme. Aller trop vite peut s’avérer contre productif. Car au fil du temps, les besoins s’affinent. L’histoire raconte que chercher le toujours plus cher, le plus classe n’est pas plus déterminant et ne répondra pas non plus forcément à vos attentes profondes. Tout est question de compromis.

Aller au delà des préjugés et du prêt à penser:

Seul compte son ressenti et ses envies véritables. Je connais un randonneur qui ne jure que par ses rangers. A la question pourquoi?, il répond sans fioriture: pas cher, entretient sommaire et aucune perte de réflexion au moment de dévaler un pierrier le jour où pour gagner du temps, il décide de tracer tout droit. C’est clair, net, ça n’engage que lui et c’est son équilibre. Certains habitants de la Réunion participe chaque année à l’ultra trail de la diagonale des fous… en tong. 166 kms à parcourir et plus de 9000 mètres de dénivelé positif, c’est pas donné à tout le monde.

A chacun son truc. Cultivez ces différences, c’est avant tout rechercher ce qui nous habite et ce qui fonctionne pour nous. Mieux nous connaître. L’idée, c’est ni de faire comme tout le monde, ni de se démarquer à tout prix. L’important, c’est d’être en cohérence avec sa démarche. Ca peut prendre un peu plus de temps que d’aller dans le premier magasin de sport et d’acheter ce qu’il y a en promo en tête de gondole dans les couleurs restantes.

 

La satisfaction est souvent à la hauteur de l’investissement personnel. Ce qui s’applique aux chaussures s’applique aussi aux vêtements avec un niveau d’exigence supplémentaire.

La marche à ce pouvoir puissant de nous révéler à nous même. Nous allons le parcourir ensemble.

En randonnée, plus vous serez méticuleux dans vos choix et votre préparation, plus vous aurez du temps pour vivre de belles choses sur le terrain.